Page d'accueil Consulat Général Service Consulaire Connaître la Chine Connaître l'île de la Réunion Contactez-nous  
Conférence de presse du 20 janvier 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/01/20

Q : Pouvez-vous nous dire quelles sont les mesures que la Chine a prises pour faire face à la propagation du nouveau coronavirus ? La Chine mènera-t-elle une coopération avec d’autres pays à ce sujet ?

R : Vous devez avoir remarqué que les départements sanitaires chinois ont publié des informations sur la prévention et le contrôle des pneumonies causées par le nouveau coronavirus. Je vous conseille de les consulter.

Ici, je tiens à souligner que, depuis le début de l’épidémie, la Chine a pris des mesures actives pour gérer la situation de manière sérieuse et professionnelle. Nous avons élaboré des plans de prévention et de contrôle rigoureux, en faisant tout notre possible pour soigner les patients, et bien nous occuper des personnes ayant des contacts étroits avec des patients ; nous avons mené des enquêtes épidémiologiques approfondies, publié en temps utile des informations sur la prévention et le contrôle de l’épidémie, et lancé une campagne de sensibilisation à la maladie.

Dans le même temps, la Chine a informé, dans un esprit responsable et en temps utile, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les organisations des pays et régions concernés, et les régions de Hong Kong, de Macao et de Taiwan, de la situation de l’épidémie et maintient une communication étroite avec elles. Nous avons partagé dans les meilleurs délais avec l’OMS les informations sur la séquence du génome du nouveau coronavirus. Depuis qu’elle a reçu la notification des cas découverts dans les pays concernés, la Chine y attache une grande importance et reste en communication étroite avec toutes les parties par des canaux bilatéraux et multilatéraux, tout en renforçant la coopération pour affronter la situation.

Si d’autres pays trouvent également des cas suspects importés, nous espérons qu’ils en informeront immédiatement la Chine par les voies officielles afin de favoriser la prévention et le contrôle conjoints de l’épidémie. Nous travaillerons avec toutes les parties pour lutter contre l’épidémie et maintenir la sécurité sanitaire régionale et mondiale.

Q : Récemment, le Japon, la Thaïlande et la République de Corée ont signalé des cas d’infection par le nouveau coronavirus. Maintenant, c’est la saison haute pour les transports à l’occasion de la Fête du Printemps en Chine, et beaucoup de personnes s’en inquiètent. Quelles mesures la Chine prendra-t-elle pour empêcher la propagation de l’épidémie dans le monde ?

R : D’après ce que j’ai appris des départements compétents, le Japon, la Thaïlande et la République de Corée ont informé la Chine de cas confirmés d’infections par le nouveau coronavirus. La Chine maintient une communication et une coopération étroites avec ces pays pour soigner les patients et prévenir et contrôler l’épidémie.

Quant aux mesures que la Chine prendra pour empêcher la propagation de l’épidémie, je peux vous dire que le gouvernement de Wuhan a pris des mesures pour gérer le contrôle des personnes quittant la ville. Je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents et des collectivités locales concernées pour plus de détails.

Je voudrais souligner une fois de plus qu’après l’apparition des cas de pneumonie causée par un nouveau coronavirus à Wuhan, les départements compétents chinois en ont informé en temps utile l’OMS, les organisations des pays et régions concernés, ainsi que les régions de Hong Kong, de Macao et de Taiwan, et restent en communication étroite avec elles.

Dans le même temps, les départements compétents de la partie chinoise ont également publié et présenté des informations au public en temps utile sur l’évolution de l’épidémie. Nous travaillerons avec toutes les parties pour lutter ensemble contre l’épidémie et protéger la sécurité sanitaire de la région et du monde.

Q : Le Ministre russe des Affaires étrangères par intérim, Sergueï Lavrov, a proposé la semaine dernière de tenir une réunion sur le JCPOA au niveau des directeurs politiques généraux des parties prenantes de l’accord afin de discuter de son avenir. Du point de vue de la Chine, est-il nécessaire d’organiser cette réunion maintenant ? La Chine y assistera-t-elle ?

R : Le JCPOA est un résultat important de la diplomatie multilatérale approuvé et adopté par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, un pilier important pour le système international de non-prolifération et la paix et la stabilité au Moyen-Orient, et une partie importante de l’ordre international fondé sur le droit international. Il doit être préservé et mis en œuvre.

Dans la situation actuelle, nous appelons toutes les parties au JCPOA à faire preuve de calme et de retenue, à résoudre les divergences par le dialogue et les négociations dans le cadre de la Commission mixte du JCPOA, et à prendre des mesures concrètes pour rétablir l’équilibre entre les droits et les obligations du JCPOA.

En tant que partenaires stratégiques globaux de coordination pour la nouvelle ère et partisans fidèles du JCPOA, la Chine et la Russie sont en étroite communication sur la question nucléaire iranienne. La Chine soutient toutes les propositions qui contribueront à améliorer la situation actuelle et à préserver le JCPOA.

Q : L’audience d’extradition pour Meng Wanzhou a lieu aujourd’hui au Canada. La partie chinoise a demandé à plusieurs reprises sa libération. La partie chinoise est-elle convaincue que l’audience au Canada sera équitable ?

R : La position de la Chine sur l’affaire de Meng Wanzhou est constante et claire. Les États-Unis et le Canada ont arbitrairement pris des mesures contraignantes contre une citoyenne chinoise sans motif en abusant de leur traité bilatéral d’extradition. Il s’agit intégralement d’un incident politique grave qui viole gravement les droits et intérêts légitimes d’une citoyenne chinoise.

La détermination du gouvernement chinois à protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois ne changera pas. Encore une fois, nous exhortons la partie canadienne à prendre au sérieux la position et les préoccupations de la Chine, à libérer Mme Meng et à assurer son retour en toute sécurité en Chine dans les meilleurs délais.

Q : La Conférence de Berlin sur la Libye s’est tenue hier en Allemagne, en présence des représentants de la Russie, de la Chine, des États-Unis et d’autres pays. Les participants ont décidé de créer un mécanisme international pour coordonner leurs actions de suivi et ont appelé à la formation d’un gouvernement uni, solidaire et efficace en Libye, à la reprise des pourparlers de paix et à la tenue d’élections présidentielles dans le pays. Quel est le commentaire de la Chine au sujet des résultats de la conférence ?

R : La Conférence de Berlin sur la Libye s’est tenue en Allemagne le 19 janvier. Yang Jiechi, représentant spécial du Président Xi Jinping, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, a assisté à la réunion et a exposé la position et les propositions de la Chine sur les questions liées à la Libye.

Le communiqué de presse de la Conférence de Berlin sur la Libye qui a été rendu public illustre le souhait commun de la communauté internationale en faveur de la détente de la situation en Libye et de la recherche d’un règlement politique de la question.

La Chine adopte toujours une position objective et équitable sur les questions relatives à la Libye, observe les buts et principes de la Charte des Nations Unies, respecte toujours la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Libye, et s’efforce de promouvoir le processus de règlement politique des questions relatives à la Libye sous la conduite de l’ONU. La Chine entend travailler de concert avec la communauté internationale pour favoriser la mise en œuvre de la Conférence de Berlin et rétablir la paix, la stabilité et le développement en Libye.

Q : Vous avez mentionné que l’affaire de Meng Wanzhou était un grave incident politique, et certaines personnes en Chine se demandent si le Canada peut garantir l’équité du jugement. Je vais donc poser à nouveau ma question : la partie chinoise pense-t-elle que le procès sera équitable ?

R : Concernant l’affaire de Meng Wanzhou, la Chine et le Canada restent en contact. Le Canada connaît très bien la position chinoise. Encore une fois, nous exhortons la partie canadienne à prendre des mesures concrètes pour corriger ses erreurs et libérer Mme Meng Wanzhou dans les meilleurs délais et assurer son retour en toute sécurité en Chine.

Q : Encore une question sur le coronavirus. Avez-vous des informations sur l’infection interhumaine ?

R : Je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents, car cette question est très pointue.

Ce que je peux vous dire, c’est que la Chine a pris des mesures actives pour gérer la situation, formulé un plan rigoureux de prévention et de contrôle, fait tout son possible pour soigner les patients et pour bien s’occuper des personnes ayant des contacts étroits avec des patients, et mené des enquêtes épidémiologiques approfondies. Nous sommes prêts à travailler de concert avec toutes les parties pour sauvegarder de concert la sécurité sanitaire régionale et mondiale.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer