Page d'accueil Consulat Général Service Consulaire Connaître la Chine Connaître l'île de la Réunion Contactez-nous  
Conférence de presse du 23 mars 2017 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2017/03/23

Q : Le 22 mars dans l'après-midi, heure locale, un attentat terroriste s'est produit près du Parlement britannique, faisant jusqu'à maintenant cinq morts et une quarantaine de blessés. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous condamnons vivement l'attentat terroriste qui s'est produit hier à Londres. Nous exprimons nos profondes condoléances pour les victimes et nos sentiments de sympathie sincères aux familles des victimes et aux blessés. Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi ont adressé respectivement un message de solidarité à la partie britannique.

Le terrorisme est l'ennemi commun de tous les pays du monde. La Chine s'oppose fermement au terrorisme sous toutes ses formes et entend renforcer la coopération avec le Royaume-Uni et la communauté internationale pour faire face ensemble aux menaces et aux défis terroristes et préserver la paix et la sécurité dans le monde.

Q (du même journaliste) : Y a-t-il des ressortissants chinois parmi les victimes de cet attentat ?

R : L'Ambassade de Chine au Royaume-Uni a déclenché les cellules de crise immédiatement après l'attentat et publié un avis de vigilance sur son site web. Selon les informations dont nous disposons pour le moment, une touriste chinoise a été légèrement blessée dans l'attentat. Nous allons suivre de très près l'évolution de la situation et travailler à la gestion des conséquences.

Q : Selon des sources, les procureurs fédéraux américains accusent la RPDC d'être à l'origine du vol en 2016 de 81 millions de dollars américains sur un compte de la Banque centrale du Bangladesh auprès de la Réserve fédérale à New York, et pensent qu'il y aurait des intermédiaires de nationalité chinoise qui ont aidé la RPDC dans cette affaire. La partie américaine est en train de mener des enquêtes là-dessus. En êtes-vous au courant ? Quels sont vos commentaires sur ce sujet ?

R : J'ai pris note des informations concernées mais je n'en connais pas les détails. Je tiens à vous dire que le gouvernement chinois accorde une grande importance à la lutte contre les cybercriminalités et les autres activités criminnelles majeures, et entend renforcer la coopération dans ce domaine avec les pays concernés. Cette position est constante et claire.

Q : Le Congrès américain travaille actuellement sur un projet de loi portant sur des sanctions contre la RPDC, y compris l'embargo sur le pétrole en provenance de la RPDC. Selon lui, les entreprises qui enfreindront les règles seront sanctionnées. Certaines analyses prétendent que cette mesure vise sans doute la Chine. Quels sont vos commentaires à cet égard ?

R : Nous avons présenté à maintes reprises notre position sur la situation actuelle dans la péninsule coréenne. La situation y étant tendue à l'heure actuelle, nous appelons les différentes parties à faire preuve de sang-froid et de retenue et à agir en faveur de l'apaisement des tensions, et non le contraire. Depuis toujours, la Chine applique de manière intégrale, scrupuleuse et stricte les résolutions du Conseil de Sécurité relatives à la RPDC, et s'oppose aux sanctions unilatérales imposées par un pays à autrui au regard de son droit interne. Comme nous l'avons souligné à plusieurs reprises, imposer les sanctions est un moyen de mettre en œuvre les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, œuvrer à la reprise des pourparlers l'est aussi, vu que ces résolutions appellent clairement à la reprise des pourparlers à six. Nous espérons que toutes les parties pourront appliquer fidèlement et intégralement les résolutions du Conseil de Sécurité relatives à la RPDC. Je tiens aussi à rappeler que comme les faits l'ont prouvé, les sanctions et les pressions répétées ne permettent pas de résoudre les problèmes, et le dialogue et les consultations constituent la seule issue possible. La question nucléaire de la péninsule coréenne est une question complexe qui ne date pas d'hier. Ce n'est qu'en tenant compte des préoccupations sécuritaires légitimes de toutes les parties qu'on peut résoudre en définitive cette question. Nous espérons que les parties concernées pourront réfléchir sérieusement sur l'« approche à double voie » et l'initiative « suspension contre suspension » proposées par la Chine.

Q : Il y a un an jour pour jour, le mécanisme de coopération Lancang-Mékong a été officiellement lancé. Quels sont les progrès obtenus ? Comment envisagez-vous de faire avancer cette coopération ?

R : La coopération Lancang-Mékong est un nouveau mécanisme de coopération régionale entre la Chine et les pays riverains du Mékong marqué par consultations amples, contribution conjointe et bénéfice partagé. Comme vous le savez tous, le 23 mars 2016, la première réunion des dirigeants de la coopération Lancang-Mékong s'est tenue avec succès à Sanya à Hainan. Le Premier Ministre Li Keqiang et les dirigeants du Cambodge, du Laos, du Myanmar, de la Thaïlande et du Viet Nam ont inauguré ensemble ce mécanisme. Au cours des 12 derniers mois, nous avons établi un mécanisme de coopération aux différents niveaux comprenant la réunion des dirigeants, la réunion des Ministres des Affaires étrangères, la réunion des hauts fonctionnaires et la réunion des groupes de travail, et fixé le cadre de coopération « 3+5 » composé de trois piliers que sont la sécurité politique, le développement économique et durable et les échanges socioculturels, et de cinq domaines prioritaires que sont l'interconnexion, les capacités de production industrielle, l'économie transfrontalière, les ressources en eau, ainsi que l'agriculture et la lutte contre la pauvreté. Plus de la moitié des 45 premiers projets et initiatives fixés lors de la première réunion des dirigeants ont été accomplis ou sont en cours de réalisation. La préparation et la formation des groupes de travail conjoints dans les domaines prioritaires avance de manière ordonnée avec un soutien financier global. Voilà autant de belles illustrations de la « vitesse Lancang-Mékong » et de l'« efficacité Lancang-Mékong » qui nous permettent chaque jour de nouveaux progrès.

À l'heure actuelle, les six pays ont élaboré une feuille de route pour la coopération future et sont convenus d'établir respectivement, d'ici fin d'année, un secrétariat ou un organisme de coordination national pour la coopération Lancang-Mékong, et d'assurer la bonne concrétisation des 45 premiers projets. Dans la première moitié de cette année, les groupes de travail conjoints dans les domaines prioritaires seront constitués et commenceront les travaux. Et dans la seconde moitié de l'année, se tiendra la troisième réunion des Ministres des Affaires étrangères pour préparer la deuxième réunion des dirigeants prévue l'année prochaine. Les six pays élaboreront également un plan d'action quinquennal pour la coopération Lancang-Mékong et fixeront une deuxième série de projets de coopération.

La Chine accorde une grande importance à la coopération Lancang-Mékong. Attachés au principe de diplomatie régionale dit d'« amitié, sincérité, avantages mutuels et inclusivité », nous entendons travailler avec les pays de la sous-région pour créer ensemble une culture de coopération, construire un corridor de coopération et former une communauté de destin pour les pays du bassin du Lancang-Mékong. Nous espérons, et nous en sommes convaincus, que la coopération Lancang-Mékong contribuera à la construction de la communauté de l'ASEAN et à la stabilité et à la prospérité dans la sous-région, et deviendra un mécanisme phare dans la construction d'une communauté de destin pour l'Asie.

Récemment, le secrétariat chinois de la coopération Lancang-Mékong a été officiellement inauguré par le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et les représentants diplomatiques des cinq pays du bassin du Mékong accrédités en Chine. Un compte Wechat « Lanmei » a également été mis en service pour permettre de suivre les derniers développements de la coopération Lancang-Mékong.

Q : Selon la presse américaine, suite au lancement de missiles échoué de la RPDC d'hier, un bombardier américain, en route vers la République de Corée pour des exercices, a passé par la zone d'identification de la défense aérienne (ADIZ) que la Chine avait établie en Mer de Chine orientale. Comment y réagissez-vous ?

R : Je n'en suis pas au courant. Je vous propose de vous renseigner auprès des autorités militaires. Nous espérons que les pays concernés pourront agir davantage en faveur de la paix et de la stabilité dans la région.

Q : L'armée américaine a affirmé qu'un bombardier B-1 américain survolant dimanche dernier à 70 milles marins à l'ouest de l'île de Jeju de la République de Corée a reçu un avertissement de la partie chinoise, lui demandant de quitter immédiatement l'espace aérien chinois. Selon la partie américaine, ce bombardier était à ce moment-là en exercice régulier avec des avions militaires du Japon et de la République de Corée dans l'espace aérien international et n'a pas dévié de son itinéraire. L'armée américaine a également dit que les États-Unis n'avaient jamais reconnu et ne reconnaîtraient jamais l'ADIZ établie par la Chine en Mer de Chine orientale. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit et je vous propose de vous renseigner auprès des autorités militaires. Mais je tiens à rappeler notre position de principe : Nous espérons que les pays concernés pourront, dans leurs opérations, prendre en considération les préoccupations sécuritaires des autres pays de la région. Ces opérations doivent favoriser le renforcement de la confiance mutuelle et la paix et la stabilité dans la région. S'agissant de l'ADIZ en Mer de Chine orientale, la position de la Chine est claire. La délimitation des ADIZ est un droit légitime des pays souverains. Les États-Unis, qui ont aussi créé des ADIZ, doivent respecter le droit des autres pays d'en établir.

Q : Selon des sources, le Premier Ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha et le Président philippin Rodrigo Duterte se sont entretenus le 21 mars. Les deux parties ont souligné la nécessité d'appliquer intégralement et effectivement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC) et se sont engagées à œuvrer pour l'accomplissement du cadre d'un « Code de conduite en Mer de Chine méridionale » (COC). Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Actuellement, grâce aux efforts conjugués de la Chine et des pays de l'ASEAN, la situation en Mer de Chine méridionale tend à se stabiliser et avance dans la bonne direction. Les parties concernées sont retournées sur la bonne voie du règlement des différends par voie de négociations et de consultations, la DOC connaît une mise en œuvre intégrale et effective, le premier projet du « COC » s'est formé, et les relations entre les pays concernés ne cessent de s'améliorer et de se développer. Nous nous en félicitons.

Les 29 et 30 mars, la 20e réunion du groupe de travail conjoint sur la mise en œuvre de la DOC se tiendra au Cambodge. Nous entendons travailler ensemble avec les pays de l'ASEAN, sur la base d'une mise en œuvre intégrale et effective de la DOC, pour approfondir la coopération pragmatique en mer, faire avancer activement le processus de consultations sur le « COC », élaborer des règles régionales reconnues par tous et conclure, sans perturbations extérieures, les consultations sur le projet du cadre du « COC » d'ici mi-2017.

Q : Le « Kaga », le plus grand porte-hélicoptères des forces navales d'autodéfense japonaises, a été officiellement mis à l'eau le 22 mars. Selon des sources, le Vice-Ministre japonais de la Défense a affirmé lors de la cérémonie de la mise à l'eau que la tentative de la Chine de changer le statu quo en Mer de Chine méridionale par des travaux sur les îles avait suscité des inquiétudes dans la communauté internationale, et que le « Kaga » permettrait de renforcer la capacité de projection du Japon en outre-mer pour faire face à l'influence croissante de la Chine en Asie. Certains médias japonais parlent même de la « vraie puissance du Japon ». Comment y répondez-vous ?

R : Premièrement, le Japon ne peut représenter la communauté internationale. Actuellement, grâce aux efforts conjugués de la Chine et des pays de l'ASEAN, la situation en Mer de Chine méridionale tend à se stabiliser et avance dans la bonne direction. Si certains au Japon tentent de créer des troubles dans la région, ni la Chine ni les pays voisins ne l'accepteront.

Deuxièmement, ces dernières années, le Japon n'a cessé de faire du tapage sur une soi-disant « menace chinoise » dans le but de justifier le renforcement de ses capacités militaires. Pour des raisons historiques, la communauté internationale et notamment les pays voisins asiatiques du Japon suivent toujours de très près les visées militaires japonaises. Nous avons toutes les raisons de rester hautement vigilants vis-à-vis des gestes et de l'intention réelle du Japon.

Je tiens par ailleurs à rappeler que le « Kaga » a été coulé par l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Japon doit tirer les leçons du passé. Nous espérons que la réapparition du « Kaga » n'est pas le début d'une résurrection du militarisme japonais.

Q : Selon des sources, un grand nombre de policiers ont été déployés par la partie chinoise pour le match de football ce soir à Changsha entre les équipes de la Chine et de la République de Corée dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du monde 2018. Est-ce vrai ? N'est-ce pas une mesure de prévention contre d'éventuels conflits après le match, vu la tension dans la relation actuelle entre la Chine et la République de Corée ?

R : Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents pour les détails de ce match. En tant que pays hôte, nous souhaitons certainement que cet événement se déroule sans à-coup et en toute sécurité. Le gouvernement chinois défend depuis toujours la sécurité et les droits et intérêts légitimes des établissements et ressortissants étrangers en Chine en vertu de la loi. Nous sommes persuadés que les organisateurs prendront des mesures nécessaires pour maintenir le bon ordre du match.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer